Gertrud Kolmar

Gertrud Chodziesner naît en 1894 dans une famille de la grande bourgeoisie juive. Elle suit une formation d'éducatrice et obtient des diplômes d'anglais et de français. Durant la première guerre mondiale, ses connaissances linguistiques lui valent d'être nommée officier au service de la censure du courrier des prisonniers de guerre.
Son premier recueil de poèmes paraît en 1917 sous le pseudonyme de Gertrud Kolmar.
Dans les années 20, elle occupe divers postes de préceptrice privée.
Après la mort de sa mère en 1930, elle écrit le roman Une mère juive qui paraîtra en 1965.
Ses soeurs et ses frères, émigrés à l'étranger, entreprennent des démarches pour lui faire quitter à son tour l'Allemagne. Mais elle n'entend pas laisser son père seul aux prises avec le régime nazi. Elle s'en occupera jusqu'en septembre 1942, date à laquelle le veil homme sera déporté. En février 1943 Gertrud Kolmar est elle-même déportée à Auschwitz.
La vaste correspondance que Gertrud Kolmar a entretenue avec sa soeur Hilde, réfugiée en Suisse, est un document exceptionnel sur l'époque. C'est également à Hilde et à son mari, le libraire Peter Wenzel, qui fut l'un des premiers à reconnaître le caractère unique de l'oeuvre poétique (qui comporte 450 poèmes publiés) de Gertrud Kolmar qu'elle adressera tous ses textes, les sauvegardant pour la postérité de la destruction nazie.


© DR

 

"L'exploit unique, presque surhumain, de Gertrud Kolmar, c'est, à l'heure même du danger mortel, de la situation sans issue, d'oser l'éclat, le sursaut, d'attiser une fièvre de liberté qui peut encore - pour notre bonheur - nous contaminer aujourd'hui."

Gerlind Reinshagen