Comment calculer son allocation chômage ?

En situation d’inactivité, vous pouvez bénéficier d’un montant pouvant permettre de subvenir à certains de vos besoins usuels. Le montant de l’allocation chômage se détermine suivant une méthode précise. Pour y avoir droit, il faut remplir certaines conditions liées au travail effectué sur la période dite de référence. Ces contraintes sont relatives à la durée de travail, aux circonstances de rupture de contrat et à l’état physique du demandeur d’emploi.

Quelles sont les conditions pour bénéficier des allocations chômage ?

Pour profiter des allocations chômage, il faut avoir été salarié pendant au moins 6 mois au cours des 24 derniers mois. Cela signifie qu’il faut avoir travaillé durant 130 jours ou 910 heures durant les 24 derniers mois si vous avez moins de 53 ans à la fin du dernier contrat. Mais si vous êtes âgé de plus de 53 ans, les 120 jours de travail sont exigés pour les 36 derniers mois. Ce temps de travail ordonné peut être cumulé au cours de plusieurs contrats avec différents employeurs.

En plus de cette condition de temps, il faut avoir perdu involontairement son emploi pour bénéficier de l’allocation chômage. Soit, vous avez été licencié pour un motif quelconque (fin de CDD, rupture anticipée à l’initiative de l’employeur, …) ou avez perdu votre emploi par rupture conventionnelle de contrat ou dans le cadre d’une rupture de commun accord. Pour percevoir vos allocations chômage, vous devez nécessairement, vous inscrire à Pôle emploi dans un délai de 12 mois après l’arrêt du travail. Aussi, vous devez être dans une quête active d’un autre emploi ou être en train d’exécuter une action de formation inscrite dans votre Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE). Vous pouvez également être en train d’accomplir une action de formation financée entièrement ou en partie par votre Compte Personnel de Formation (CPF).

Par ailleurs, avant de profiter des allocation chômage, il faut être physiquement apte à travailler et ne pas bénéficier de retraite anticipée. Il est aussi nécessaire de ne pas remplir les conditions d’âge et de trimestres requises pour jouir d’une retraite à taux plein. Enfin, il faut résider en France métropolitaine ou dans les départements d’outre-mer à l’exception de Mayotte, qui dispose de règles d’assurance chômage spécifiques.

Peut-on bénéficier des allocations chômage en cas de démission ?

Tout agent contractuel (sous CDI ou CDD) peut jouir des allocations chômage lorsqu’il arrête le travail pour certaines situations précises. Ces démissions légitimes concernent les cas où l’employé cesse le travail pour suivre son conjoint, son concubin ou son futur conjoint. Le mineur qui démissionne pour suivre son tuteur ou ses parents peut aussi bénéficier des allocations chômage. De même, si vous quittez votre entreprise parce que vous êtes victime d’un acte délictueux ou vous ne prenez plus votre salaire, vous avez droit aux allocations chômage.

Le fonctionnaire détenteur d’un contrat-couple et le journaliste qui fait jouer la clause de conscience peuvent tous bénéficier d’allocation chômage en cas de démission. Aussi, un travailleur en insertion qui rompt son CAE (Contrat d’Accompagnement vers l’Emploi) pour se faire former ou pour décrocher un nouvel emploi a droit à l’allocation chômage. De même, lorsqu’un employé met fin à son contrat pour accomplir une mission de volontariat (d’aide internationale ou internationale en entreprise) durant 1 an au moins, il a droit à l’allocation chômage.

Comment calculer son allocation chômage ?

L’allocation chômage se calcule en 3 étapes. On détermine d’abord le salaire de référence, puis le salaire journalier de référence (SJR) avant de procéder au calcul du montant des allocations chômage.

Salaire de référence – Salaire journalier de référence

L’allocation chômage se calcule sur la base de votre salaire de référence estimé par Pôle emploi. Ce salaire prend en compte l’ensemble des rémunérations perçues au cours de la période de référence sur le ou les contrats de travail signés. Sont considérés, les rémunérations brutes, les salaires, les avantages en nature et toutes primes liées aux différents contrats. Par contre, les indemnités relatives à la rupture du contrat ainsi que les rémunérations liées à une période non déclarée à Pôle emploi ne sont pas retenues dans l’estimation de l’allocation chômage. De même, les salaires correspondant à un contrat hors période de référence, mais reçus dans cette période ne sont pas prises en compte dans le calcul du salaire de référence.

Le salaire journalier de référence (SJR) s’obtient en divisant le salaire de référence par le nombre de jours de travail contenus dans la période de référence.

Détermination de l’allocation chômage

L’allocation chômage se calcule sur la base du salaire journalier de référence (SJR). Depuis le 1er octobre 2021, le SJR se calcule de deux manières en rapport au temps de travail effectué par le demandeur d’emploi au cours de la période de référence. La 1ʳᵉ méthode consiste à calculer les 40,4 % du SJR auquel on ajoute 12,12 € qui représente la partie fixe. La 2ᵉ méthode consiste à déterminer le montant correspondant aux 57 % du SJR. Des deux montants obtenus, on retient le plus élevé. Toutefois, l’allocation chômage doit être supérieure à 29,56 € et inférieure 75 % de votre salaire journalier de référence.

4.5/5 - (2 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.