Gisèle Freund

Gisèle Freund est née en 1908 à Schöneberg, près de Berlin. À son adolescence, son père, collectionneur, lui offre son premier appareil photographique, un Leica. Elle étudie la sociologie à Francfort où elle rencontre Norbert Elias, qui lui propose d'écrire sa thèse sur La Photographie en France au XIXe siècle, la toute première sur la sociologie de l'image. Membre d'un groupe communiste, elle doit fuir l'Allemagne et achève ses études à Paris en 1936. Amie d'Adrienne Monnier, elle côtoie de nombreux écrivains qu'elle immortalise en des portraits célèbres : Virginia Woolf, James Joyce, Colette, André Malraux, Henri Michaux, Michel Leiris, Marguerite Yourcenar, Jean Cocteau, Sartre, Simone de Beauvoir, Samuel Beckett. Elle photographie en outre sur le vif André Gide, Aldous Huxley et Boris Pasternak lors du Congrès international des écrivains pour la défense de la culture en 1935. Elle fut également l'une des pionnières dans l'utilisation de la photographie couleur En 1936, Gisèle Freund se marie, prend la nationalité française et travaille pour le magazine américain Life. Assez rapidement, elle divorce, s'exile à Londres, puis repart en France en 1939 avant de vivre deux ans en Argentine. Hébergée un temps par Victoria Ocampo, elle part ensuite réaliser des reportages dans toute l'Amérique du Sud (Uruguay, Terre de Feu...) et travaille pour le compte du ministère de l'information du gouvernement de la France Libre. En 1946, Gisèle Freund retourne à Paris. Elle y expose ses clichés d'Amérique latine puis repart en mission sur place pour le Musée de l'Homme. Elle devient ensuite la première femme photographe de l'agence Magnum. En 1968, le musée d'Art moderne de la ville de Paris l'invite à exposer ses œuvres. Gisèle Freund gagne alors une reconnaissance internationale. En 1980, elle remporte le grand prix national des Lettres pour la photographie, et un an plus tard, elle réalise le portrait officiel de François Mitterrand. Peu de temps avant sa mort, survenue le 30 mars 2000, Gisèle Freund donne plus de trois cents photographies à l'État français.


© Photo Gisèle Freund IMEC Fonds MCC