Vladimir Pozner

Vladimir Pozner est né à Paris en 1905 de parents d'origine russe. Il est l'auteur de textes de poésie, notamment écrits entre 1917 et 1922 lorsqu'il vit en Russie. Présent à Pétrograd pendant la Révolution d'octobre, il en rend compte dans 1001 jours. Pozner a également beaucoup écrit sur ceux qui l'ont influencé (notamment Gorki, qui l'a encouragé à écrire : Souvenirs sur Gorki) et sur ses amis, parmi lesquels Brecht, Buñuel, Chagall, Oppenheimer, Picasso (dont il témoigne dans Vladimir Pozner se souvient). Pendant la deuxième guerre mondiale, il voyage aux États-Unis où il doit émigrer un temps pour fuir l'occupation allemande. Il côtoie alors le milieu du cinéma, sur lequel il écrit (Hollywood, Charlie Chaplin, le cinéma des années 1940) et avec qui il collabore en tant que scénariste. Il écrit enfin sur la guerre d'Espagne (Espagne premier amour), la Seconde guerre mondiale (Deuil en 24 heures, Les Gens du pays, Le Temps est hors des gonds) et la guerre d'Algérie (Le Lieu du supplice). Il a inventé un genre littéraire à part, qui juxtapose témoignages, reportages, coupures de journaux, extraits de déclarations, de documents ou de dépêches. Évoquant la technique du montage de cinéma, ces livres apportent des éclairages multiples sur certains sujets. C'est le cas de Tolstoï est mort, mais aussi des États-Désunis et de Qui a tué H.O. Burrell ? Vladimir Pozner est mort en 1992.