+ Actualités
Actualités Presse Nouvelles

Cette semaine, l'émission "La Compagnie des auteurs", sur France Culture, est consacrée à James Baldwin.
Pour en savoir davantage et écouter les podcasts, c'est ici :
https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs

Le 10 avril 2018, l'émission "Plus on est de fous, plus on lit" sur Radio-Canada a longuement parlé de l'ouvrage de Manuel de la Escalera, Mourir après le jour des Rois (trad. Marie-Blanche Requejo Carrió).
Pour la réécouter, c'est ici :
https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/plus-on-est-de-fous-plus-on-lit/episodes/404613/audio-fil-du-mardi-10-avril-2018

Pour être informé de tous les événements autour de James Baldwin et de son oeuvre, n'hésitez pas à consulter le site du Collectif Baldwin :
https://www.collectifbaldwin.fr/

"Dans un mois il se sera écoulé un siècle depuis la naissance d'Alexandre Sergueievitch Pouchkine et, malheureusement, presque soixante-deux ans depuis le jour de sa mort" ; "Il y a cinquante ans, lors de son séjour à Paris, Tolstoï assista un jour à une exécution capitale. Nulle part il ne décrit en détail les impressions retirées de ce terrible spectacle" ; "Tchekhov est mort et on peut maintenant parler de lui librement".
Ce sont les premières phrases des petits essais que Léon Chestov consacre à Pouchkine, Tolstoï et Tchekhov. Le lion ici est bien calme, presque caressant, inoffensif, tout de bénignité. Il avance à pas mesurés. Il sonde les équilibres. À Pouchkine, la naissance et la mort [...]. À Tolstoï, le spectacle d'une mort soudée au supplice. [...] À Tchekhov, la mort en tant que liberté laissée, léguée à ceux qui restent provisoirement. Une mort source d'avenir humain pour les autres.

Christian Mouze, dans En attendant Nadeau, à propos de L'Homme pris au piège. Pouchkine - Tolstoï - Tchekhov de Léon Chestov (trad. Boris de Schloezer)

Pour revivre la soirée exceptionnelle, jeudi 8 février, en présence de Marie-Hélène Piwnik, traductrice de Livre(s) de l'inquiétude, de Fernando Pessoa, à la librairie Vivement dimanche, à Lyon, c'est ici :
https://www.facebook.com/vivementdimanche/videos/1549571468429332/

« Dans un roman d'une efficacité redoutable et avec la justesse qui lui est propre, l'immense écrivain espagnol explore les arrangements de l'âme humaine et les errements de l'Histoire avec, à l'arrière-plan, le Barcelone si cher à son œuvre.
1959. Carolina Bruil Latorre est retrouvée morte, dans la cabine de projection d'un cinéma, celui de son amant. Elle a été assassinée. Par l'amant, justement, semble-t-il : Firmin Sicart. Problème : il ne souvient pas du mobile. Il sait où, il sait comment mais il est incapable de dire pourquoi. Toujours à Barcelone, 1982 cette fois. Hector Roldan, cinéaste de renom veut adapter l'histoire au cinéma. Griffith, écrivain, se voit confier la tâche d'écrire le scénario. À l'époque, inspecteurs, juges puis médecins ont fait subir à Sicart des interrogatoires sans fin et des mauvais traitements. Sous couvert de l'assassinat présumé, on se livre à des expériences pour le moins douteuses pour éradiquer ce qui est alors qualifié "d'idiotisme marxiste". Et l'on se demande jusqu'à quel point ce n'est pas lui, Sicart, qui est manipulé. Griffith réalise une série d'entretiens et, jour après jour, pénètre l'Histoire, par la porte de cette histoire-là : "Je persistais dans ma stratégie consistant à entrer sur la pointe des pieds dans le noyau dur de l'histoire, la perpétration du crime, en permettant à Sicart de s'attarder dans des méandres sentimentaux pas toujours véridiques de sa relation avec la prostituée, jusqu'au moment où je commençais à me demander ce qu'il pouvait y avoir d'imaginaire dans cette mélancolique et douloureuse évocation." Avec comme toile de fond l'Espagne franquiste, ses dérives, ses corruptions et sa répression, Juan Marsé livre une réflexion profonde, tant sur l'Histoire et ses méandres que sur ce qu'est et peut être la mémoire et surtout ce que l'on en fait. En orfèvre qu'il est et avec toute la finesse que recèle son écriture, l'auteur questionne notre capacité à jouer de l'oubli, à s'arranger avec nos souvenirs ou à oublier purement et simplement. »

ANAÏS BALLIN (Librairie L'Ecriture - Vaucresson) dans PAGE des libraires, à propos de Cette putain si distinguée de Juan Marsé (trad. Jean-Marie Saint-Lu)

 

« Le Blackwater est calme mais soudain, c'est "comme si quelque chose, là-bas, avait déplacé l'eau", "le lent mouvement de quelque chose d'énorme, de voûté, sinistrement recouvert d'écailles grossières qui se chevauchent". Cette "chose implacable, monstrueuse, née de l'eau", il a suffi qu'on la rende responsable de quelques disparitions mystérieuses et de la mort d'un jeune homme retrouvé au petit matin le regard épouvanté pour que toute la région se mette à croire au retour du mythique serpent de l'Essex. Apparu pour la première fois au XVIIe siècle, ce serpent monstrueux "qui tient plus du dragon que du serpent" avait alors "disparu aussi vite qu'il était venu". En cette fin de XIXe siècle, alors que l'esprit scientifique ne cesse de se développer et d'insuffler un vent de progrès dans de nombreux domaines, ce monstre légendaire serait de retour dans l'estuaire du Blackwater. [...]
Véritable chronique de la société victorienne, Le Serpent de l'Essex évoque la condition des femmes, les progrès des sciences et de la médecine, la misère et la contestation sociales, les privilèges toujours bien ancrés des possédants mais aussi la place des superstitions aussi bien que de l'esprit des Lumières dans la foi. Sarah Perry se montre ainsi une digne héritière des plus grandes plumes de la littérature victorienne en tissant habilement intrigues amoureuses et questions sociales mais n'en reste pas là. Car si le monstre qui rôde entre les pages du roman favorise une atmosphère légèrement gothique, l'auteure en fait surtout la métaphore de ce qui taraude chacun des personnages, ce qui les ronge ou leur est force motrice, qu'il s'agisse de l'ambition, de la culpabilité ou du désir de liberté, transformant un roman victorien en grand roman moderne. »

MARIE MICHAUD (Librairie Gibert Joseph - Poitiers) dans PAGE des libraires, à propos du titre Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière).

 

« Lire Juan Marsé est un plaisir fou ! Il nous mène dans une enquête aux allures de duel - un affrontement mental entre deux protagonistes incroyables - c'est FORT et DOULOUREUX, ENIVRANT et JUBILATOIRE ! »

Cette putain si distinguée de Juan Marsé (trad. Jean-Marie Saint-Lu) fait partie des coups de cœur 2018 de la Librairie Delamain !

« Ce deuxième roman de Sarah Perry emprunte au meilleur de la création artistique du XIXe, par l'atmosphère, le décor, les tournures d'esprit, la critique sociale et le portrait tout en subtilité de chacun. Elle précise jusqu'aux tenues et aux accents, qui témoignent d'une origine, d'une éducation, si bien qu'on se fait un film pour soi tout seul, en couleurs grisées, nimbées de smog, à la manière de ceux tirés des romans de Jane Austen. Pourtant rien de suranné et de convenu, et à la différence de Brönté, Henry James ou des héroïnes de Thomas Hardy, les protagonistes exultent, conquièrent et savourent leur existence, en se libérant avec une jubilation contagieuse des carcans du mariage, du rang social, des préjugés et des interdits. [...] Dans un style qui prend le temps d'aller au bout du débat intérieur et ne se prive pas du plaisir de la description, qui jongle avec le thriller, le fantastique et le psychologique comme si cela lui tombait du stylo, Sarah Perry nous offre une lecture actuelle avec les agréments du roman gothique, romantique et naturaliste. Savant, lettré, avec des citations bibliques ou littéraires éloquentes, des informations passionnantes sur l'état de la médecine ou des débats de société, ce roman n'est jamais pesant ou pédant. Au contraire ! Allègre et gourmande, Cora délie avec un humour très anglais quelques nœuds gordiens qui ne tenaient plus qu'à un fil. »

Sophie Creuz dans L'Echo, à propos de l'ouvrage Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière)

 

« Dans les années 1980, un écrivain catalan est engagé par un producteur pour faire revivre, à l'écran, un fait divers morbide : l'assassinat, quarante ans auparavant, d'une prostituée sauvagement étranglée par un projectionniste sur son lieu de travail, avec une chute de pellicule. Pour l'instant, le producteur souhaite moins du scénariste une adaptation romancée des circonstances du meurtre qu'une enquête minutieuse sur le sujet, fondée sur les témoignages qu'il pourra recueillir et sur les rapports judiciaires. Qui, mieux que le meurtrier, serait plus à même de raconter les évènements ? Fermin Sicart a purgé sa peine, et presque tout oublié du drame, suite au traitement psychiatrique qu'il avait alors subi, mais il accepte de partager avec le scénariste ses derniers souvenirs du drame. Avec un plaisir non dénué de nostalgie, Juan Marsé se souvient de la confrérie oubliée des projectionnistes, et de ces lieux mystérieux où les films, autrefois, s'animaient comme par magie, les cabines de projection. L'auteur de "l'Amant bilingue" restitue modianesquement l'atmosphère des cinémas dans les années 1940 où, véritable démiurge, le chef projectionniste (le charismatique Augé) devait à la fois surveiller les machines, éteindre les incendies, recoller la pellicule quand elle cassait, charcutant sans vergogne dans les plus grands films, au point que les spectateurs, dans l'Espagne de Franco, croyaient parfois la censure responsable de cette boucherie quand c'est le projectionniste qui avait eu la main leste à l'endroit de la collure.

Ainsi les spectateurs s'étaient-ils collectivement persuadés que Rita Hayworth, dans « Gilda », apparaît totalement nue à l'écran, mais que cette scène, qui n'a en fait jamais existé, avait été coupée par les franquistes.On retrouvera, dans ce formidable roman de Juan Marsé, qui raconte en parallèle la patiente enquête du narrateur et la tragique existence de la péripatéticienne, toutes les excitantes épices qui corsent tous ses livres, à commencer par l'observation de la Barcelone nocturne et brouillardeuses de l'après-guerre. Les prostitués, les phalangistes et les mafieux y tiennent le premier rôle, sans oublier la pétillante Felisa, l'employée de maison cinéphile du narrateur. Mais la star du film, mystérieuse, aguichante, fuyante aussi comme l'ombre des filles arpentant la Rambla, n'est autre que la putain du titre - la mémoire. »
Didier Jacob dans L'Obs à propos de Cette putain si distinguée de Juan Marsé (trad. Jean-Marie Saint-Lu).

« Cora Seaborne n'a jamais été aussi épanouie que depuis qu'elle est veuve. Elle peut enfin goûter aux charmes de la campagne. Fascinée par la paléontologie et les découvertes scientifiques de l'époque - victorienne -, elle se prend de passion pour un mythe local : un monstre marin, présent depuis deux siècles dans l'estuaire du Blackwater et récemment réapparu, terrorisait les villageois. De la rencontre entre Cora et le révérend Ransome, qui dédaigne les superstitions de ses paroissiens, naîtront des débats animés sur la raison et la foi. Mais aussi une amitié doublée d'une attirance à risques. Dans cet ample récit à l'écriture fluide et aux personnages joliment campés, Sarah Perry réhabilite brillamment le roman victorien. Nourri des lectures de Dickens et des sœurs Brontë, ce livre, remarquable par ses descriptions d'une campagne luxuriante, sait aussi sonder les méandres du cœur avec une élégance rare. »
Ariane Singer dans Le Monde à propos du titre Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière).

 

« Convenances, envies, libertés, désirs, religion, superstition... Entre Londres et l'Essex à la fin du XIXe siècle, Sarah Perry peint une fresque de sentiments et de situations avec justesse et subtilité. Un roman victorien fascinant ! À découvrir ! » 

Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière) fait partie des coups de coeur de la Librairie Passages (Lyon) !

« On quitte Londres pour filer à l'est de l'Angleterre, dans le comté de l'Essex. On y croise Cora Seaborne. Elle est jeune, veuve et passionnée de paléontologie. Elle s'installe à Aldwinter, dans l'Essex, avec son fils Francis et sa nourrice Martha. Elle y fait la connaissance du pasteur William Ransome et de sa famille. Elle entend la rumeur qui passionne le comté : un monstre marin ressemblant vaguement à un dragon, vu deux siècles plus tôt et baptisé le Serpent de l'Essex serait réapparu dans l'estuaire du Blackwater... Dans son deuxième livre - roman de l'année aux British Book Awards 2017 -, la Britannique Sarah Perry raconte l'amour, l'amitié et aussi, à travers la relation de Cora et du pasteur, l'affrontement d'un homme de Dieu et d'une femme de science. Un beau, grand et bon roman victorien ! »

Serge Bressan dans Le Quotidien du Luxembourg, à propos du titre Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière)

 

« Il est un monde étrange qui ne demande qu'à être découvert, un monde où la science côtoie les croyances populaires et où le désenchantement du monde n'a pas encore profondément changé nos convictions. C'est en Angleterre, à la fin du XIXème siècle, que nous nous trouvons. Cora Seaborne, jeune veuve et toute nouvelle passionnée de paléontologie, se retire avec son fils Francis et son amie Martha dans l'Essex, un comté proche de Londres.

C'est cependant une région secouée par l'émoi qui accueille ceux qui cherchent le calme et la distraction. Les villageois racontent qu'un tremblement de terre a libéré un monstre préalablement enfoui : le Serpent de l'Essex, vieux de deux siècles, est accusé de tuer les animaux domestiques, d'enlever des hommes ou encore de provoquer des hallucinations collectives. Dans le cadre de ses recherches et intriguée par ce mystère, Cora décide d'héberger chez la famille de William Ransome, un pasteur d'un petit village. Alors que les manifestations du soi-disant monstre sont de plus en plus fréquentes, une idylle se noue entre Cora et William.

C'est un roman victorien d'une grande classe que nous propose là Sarah Perry [...], le style riche et imagé conduit une histoire où le surnaturel ne sert que de toile de fond pour mener une réflexion approfondie sur l'amour, la force de la croyance, la véritable portée des sciences ou encore les questions sociales. »

Julien Coquet dans Toute La Culture, à propos du titre Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière)

 

« Au-delà de la légende somme toute conventionnelle du Serpent de l'Essex, le roman repose essentiellement sur le portrait de Cora, femme épanouie et libérée des carcans sociaux, assumant non seulement son apparence négligée et si follement attirant, et son jeu mi-naïf mi-calculé avec les hommes pour obtenir ce qu'elle souhaite. Parce qu'elle a décidé d'accorder sa confiance à la science, elle a renié depuis longtemps sa foi et cette dernière ne peut en aucun cas constituer un obstacle à ses recherches. »

Virginie Neufville dans Fragments de lecture, à propos du titre Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière).

 

« Dans ce riche roman, Sarah Perry dessine des personnages complexes et attachants, multipliant les points de vue. Chaque personnage croit en son propre Dieu : la science pour Cora et Luke, le socialisme pour Martha, la religion pour William. Ils sont loin cependant de toute caricature : avec une grande subtilité, l'auteur joue sur les liens qui se tissent entre eux. Amitié et amour se confondent dans des relations complexes où la psychologie est très finement décrite.
Le Serpent de l'Essex est aussi un roman de l'ambivalence : celle d'une époque où les progrès sociaux et scientifiques côtoient les croyances populaires, et qui se reflètent dans le double sens des symboles (le serpent monstrueux, qui est aussi le symbole d'Esculape, dieu de la guérison), des mots, ou des références qui mêlent Histoire, littérature noble et populaire, et religion. »

Alexia Kalantzis dans La Petite Revue, à propos du titre Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière)

 

Pour comprendre le « plan loup » de Nicolas Hulot, lisez La Frontière du loup de Sarah Hall (trad. Éric Chédaille) !

« Ambiance néo-victorienne, progressiste, sociale et féministe, avec en plus un vrai gros monstre marin, entre serpent et dragon, une somptueuse couverture - celle de l'édition anglaise, conservée pour la version française -, une jolie femme fraîchement veuve absolument non éplorée, un pasteur plutôt bel homme à la foi chevillée au corps, et la campagne de l'Essex, aussi mystérieuse que typiquement anglaise, traversée par les eaux du Blackwater. [...] Le Serpent de l'Essex est à la fois un formidable page-turner, une mésaventure en entraînant une autre, et un joli fourre-tout revisité des idées progressistes de cette fin 19ème , empli d'espérance et de foi en l'avenir, de belles idées et d'aspiration au meilleur. Sur fond d'éternel débat science vs religieux, porté par la résurgence d'anciens démons et mythes, Sarah Perry questionne croyances et foi, science et humanité. Son monstre protéiforme n'est jamais que le moyen de placer tout un chacun face à lui-même.
Un roman [...] écrit avec ce qu'il faut de finesse pour un vrai bon moment de lecture. »

Julie Coutu dans Julie à mi mots à propos de l'ouvrage Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière)

 

« Voilà un roman intéressant, qui brosse le portrait réussi d'une femme qui découvre sa liberté d'action et de penser, d'un homme qui voit ses certitudes s'ébranler, et d'une époque en mouvement. On pourrait également évoquer la pléiade de personnages secondaires, tous intéressants : le docteur Garrett, qui se meurt d'amour pour Cora, et se jette à corps perdu dans son ambition professionnelle, Martha, à la conscience sociale aiguë, absolument fascinée par Cora, ou encore Francis, le fils si déroutant de Cora... [...] Nous terminerons simplement en vous conseillant bien vivement la lecture ! »

Emily Costecalde dans Café Powell, à propos de l'ouvrage Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière).

 

 

« Drôle, brillant, inquiétant, [...] l'un des événements de la rentrée sera le génial Serpent de l'Essex de Sarah Perry. »

Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière) fait partie des coups de cœur de la librairie Mollat.

 

« Son roman est charmant, intelligent et comme je l'ai lu « irrésistible » [...] On s'y amuse beaucoup mais on réfléchit également à sa condition et aux avancées scientifiques. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. »

Tombée du ciel (blog) à propos de l'ouvrage Le Serpent de l'Essex de Sarah Perry (trad. Christine Laferrière)

 

Les éditions Bourgois soutiennent l'orchestre de Paris à la Philharmonie (orchestredeparis.com).

Rejoignez dès maintenant le site de l'anniversaire des 50 ans des Editions Bourgois, consacré à notre catalogue : Cinquante ans d'édition. Et suivez notre actualité sur le fil Twitter des éditions Bourgois : https://twitter.com/BourgoisEditeur

Afin de suivre davantage nos actualités, rejoignez-nous sur Facebook ou Twitter.

Si vous souhaitez suivre les actualités de la Villa Gillet, vous pouvez visiter leur site à l'adresse suivante: www.villagillet.net

En cliquant sur l'onglet librairies de notre site, vous pouvez désormais trouver très facilement les coordonnées des librairies les plus proches de chez vous. Il vous suffit pour cela de naviguer sur la carte de France qui apparaît dans cette section.